Dordogne : à Bergerac, le centre de formation du bâtiment s’agrandit

Les presque 2 000 m² de bâtiment accueillent en ce moment 88 stagiaires, la moitié en formation continue pour adultes, l’autre moitié en apprentissage. Visiblement, le centre ne connaît pas la crise, au contraire.

À partir d’avril, des travaux vont démarrer pour la construction d’un nouvel espace de 1 000 m² qui abritera les formations de gros œuvre (maçonnerie, couverture zinguerie, bâti ancien, voirie et réseaux divers). L’aire dédiée au second œuvre (peinture, carrelage, sols, placo, etc.) passera, elle, de 300 m² à plus de 600 m². Un parking d’une trentaine de places, qui fait cruellement défaut sur la zone, doit aussi être créé. Le coût pour le tout s’élèvera à un million d’euros dont 50 % financés par la Région.

CFA depuis 2019

S’il faut aujourd’hui pousser les murs, c’est notamment parce que depuis 2019, IDC Pro est devenu un centre de formation des apprentis (CFA) pour les métiers du bâtiment. Depuis, il a accompagné quelque 120 contrats d’apprentissage et des nouveaux arrivent tous les mois.

« Nous avons un système d’entrée et sortie permanent, donc les jeunes peuvent intégrer une formation n’importe quand dans l’année, détaille Philippe Fagete, cogérant d’IDC pro. Il y a entre trois et cinq sessions d’examens par an pour chaque métier. Cela permet plus de flexibilité, pour accélérer le processus si un jeune apprend vite ou, à l’inverse, s’il faut prendre un peu plus de temps pour un autre. »

Formation couverture zinguerie.

Formation couverture zinguerie.

Thomas Jonckeau

“La plupart des formations que nous proposons n’existaient pas sur le Bergeracois”

C’est à la faveur de la loi de septembre 2018 sur la liberté de choisir son avenir professionnel que cette structure privée, qui se consacrait auparavant à la formation continue, a pu décrocher l’agrément pour devenir CFA. L’équipe est alors passée d’une dizaine de personnes à 16 salariés.

« Outil de développement »

Pour Laurent Gonthier, l’autre cogérant, « c’est un outil de développement du territoire. La plupart des formations que nous proposons n’existaient pas sur le Bergeracois et 80 % des entreprises qui font de l’apprentissage chez nous n’en faisaient pas auparavant. Cela permet aussi d’apporter une offre locale pour les jeunes candidats. Les familles n’ont plus besoin de les envoyer trop loin. »

D’ici 2023, les dirigeants réfléchissent à intégrer de nouvelles formations comme la pose de menuiseries ou l’ossature bois et paille.