Dordogne : à 24 ans, ils lancent leur entreprise pour favoriser les circuits courts

« Pendant le confinement, nous avions besoin de changer d’air, cela nous a permis de réfléchir à ce qu’on voulait : une activité avec du sens », résume d’une seule voix le jeune couple. « Périgueux est notre ville de cœur. C’était une évidence de nous implanter ici, d’autant que c’est le département du bien manger », ajoute Violaine qui est originaire de Vendée et est « tombée amoureuse de la Dordogne » durant ses études.

Le couple d’entrepreneurs a aménagé un local à Villetoureix.

Le couple d’entrepreneurs a aménagé un local à Villetoureix.

Nancy Ladde

« Un engouement »

Violaine Hermant étant partagée entre études et travail, il a fallu un peu plus de deux ans au couple pour monter le projet, trouver des financements. S’ils habitent à Périgueux, ils ont hébergé leur local professionnel à Villetoureix où les parents de Loïc Foussard leur ont mis à disposition un atelier qu’ils ont rénové. « Nous avons fait une étude de marché : nous avons récolté 500 réponses, ce qui n’est pas négligeable, observe le Périgourdin. On a vraiment senti un engouement. » Les jeunes entrepreneurs misent notamment sur les néoruraux, qui ont fui les métropoles pour s’installer en Périgord.

Ils ont fédéré huit producteurs qui leur permettront de proposer des fruits et des légumes, de la viande, de l’épicerie sucrée et salée, mais aussi des cosmétiques souvent bio ou issus de l’agriculture raisonnée. « Pour les fruits et légumes, nous nous sommes tournés vers Local Bio, qui rassemble 150 producteurs de Gironde, du Lot-et-Garonne et de Dordogne. C’est compliqué de travailler en direct avec des maraîchers, car il faut établir des quantités. Certains demandent des commandes une semaine à l’avance », constate Loïc.

Des producteurs locaux

Court circuit s’est par ailleurs rapproché de Nature Viande à Bergerac et de la ferme de la Bayolle à Château-l’Évêque. « Nous travaillerons aussi avec les volailles Marceteau à Vélines, mais leur situation est compliquée pour l’instant, du fait de la grippe aviaire », note le jeune patron. Sirops et confitures d’Allemans, conserves de légumes (Les Paniers sauvages à Thonac ou Domaine de Gamaret en Bergeracois), colas bio, smoothies, savons de la marque En douce heure ou spiruline de Mussidan seront aussi proposés. La gamme devrait s’élargir progressivement.

Concrètement, il faudra se rendre sur le site Internet et réaliser sa commande entre le dimanche matin et le mardi soir. Les livraisons seront assurées à Périgueux chaque vendredi de 9 à 21 heures et chaque samedi à Ribérac de 9 à 19 heures. Il sera possible de réaliser des groupements de commandes dans une entreprise. À noter qu’il faut un minimum de commande de 30 euros (avec des frais de livraison à 4 euros).