« Demain j’arrête ! » : de nombreux utilisateurs veulent quitter Twitter, mais hésitent

Mi-avril, le journaliste français Nicolas Hénin (52 000 abonnés) avait promis qu’il quitterait la plateforme si Elon Musk la rachetait. « Je n’ai pas encore pris ma décision de façon ferme », nuance-t-il en expliquant être freiné par deux choses. « D’une part le fait de donner l’impression de déserter, et d’autre part l’absence d’alternative. »

Migrer, vers où ?

De fait, aucune plateforme ne peut aujourd’hui rivaliser avec celle à l’oiseau bleu. « Ce qui fait Twitter, c’est la communauté, ce sont ses 436 millions d’utilisateurs », assure Leïla Mörch, coordinatrice du projet de recherche Content Policy and Society Lab à l’université américaine de Stanford. En termes de popularité, c’est l’application de discussion Discord (300 millions de comptes) qui s’approche le plus de Twitter. Elle rassemble des communautés en ligne mais, contrairement à Twitter, n’est pas une plateforme ouverte : chaque espace nécessite une invitation.

Lancé en 2016, Mastodon est un clone de Twitter, sans publicité et dont le code est ouvert, mais son serveur principal est beaucoup plus petit puisqu’il compte seulement 670 000 inscrits. D’autres plateformes comme Gettr, Parler ou The Truth Social ont aussi copié l’original. Problème, étant fondées par des proches de l’ancien président des États-Unis Donald Trump, banni de Twitter en janvier 2021, ces alternatives sont considérées comme les « Twitter de droite ».

Un espace majeur d’influence

« Twitter attire le monde médiatique, un ensemble de journalistes et de people, le monde des décideurs politiques et économiques », ainsi qu’une « couche d’influenceurs », explique Dominique Boullier, professeur des universités en sociologie à Sciences Po Paris. Ces « relais d’opinion » ne représentent qu’une minorité des utilisateurs, selon le spécialiste, mais ce sont eux qui « génèrent de la viralité ».

L’objectif de Musk, poursuit Dominique Boullier, est de faire de Twitter « un média de masse » en récupérant « un public friand de news choquantes, contradictoires et alternatives » moins présent depuis le bannissement de Donald Trump.

Sur le même sujet


Rachat de Twitter : quelles sont les intentions d’Elon Musk ?

Rachat de Twitter : quelles sont les intentions d’Elon Musk ?

Bouclé pour 41 milliards d’euros, le rachat du réseau social américain par le fantasque patron de SpaceX et de Tesla suscite de vives inquiétudes sur le maintien d’un semblant de modération en ligne. L’homme n’est pas réputé pour priser les règles

Liberté d’expression en cause