Dans l’Indre, une « cathédrale » pour reconvertir les avions d’occasion

A l’aéroport de Châteauroux (Indre), en octobre 2020. A l’aéroport de Châteauroux (Indre), en octobre 2020.

Les Castelroussins appellent ce vaste hangar « la cathédrale ». Pour son côté monumental, bien sûr, mais peut-être aussi pour son coût : 22 millions d’euros, réglés intégralement par la région Centre-Val de Loire, propriétaire de l’aéroport où il est implanté. Haut de 38 mètres, long de 100 mètres et éclairé à la diode électroluminescente (LED), cet édifice immaculé – dont il existe vingt-deux équivalents dans le monde – vient d’être confié, pour quinze ans au moins, au sous-traitant de l’aéronautique Vallair. L’entreprise franco-luxembourgeoise, spécialisée dans la maintenance et le démantèlement d’avions, et qui dispose déjà d’un hangar à Châteauroux, souhaite y attirer de plus gros engins, et même ajouter une activité en pleine croissance : la conversion d’avions de ligne en avions-cargos.

« Avec la pandémie [de Covid-19], nous avons assisté à une forte diminution des vols long-courriers, dont les soutes servent pourtant à transporter les marchandises. Or l’e-commerce poursuit son essor, les livraisons rapides aussi. Il y a un fort besoin d’avions à conteneurs » explique Armel Jezequel, directeur du site Vallair de Châteauroux. Le géant du transport maritime CMA CGM a ainsi lancé sa compagnie aérienne en février 2021 et Geodis, filiale logistique de la SNCF, dispose, depuis l’été 2021, de son propre A330 cargo.

Lire aussi Article réservé à nos abonnés La sous-traitance aéronautique partagée entre prudence et espoir

Aux élus du territoire, Vallair a promis deux cents embauches en quatre ans. Encore faut-il trouver les candidats, car les recrutements s’annoncent difficiles. En effet, beaucoup de professionnels de l’aéronautique ont quitté le secteur en raison de la crise sanitaire et de l’arrêt des vols internationaux. Vallair se met donc en quête de nouveaux mécaniciens, plasturgistes, techniciens, ingénieurs… L’entreprise les formera sans doute en partie chez Aircraft Academy, une PME de Douai (Nord) spécialisée dans la formation à la maintenance aéronautique des Airbus A318 à A321, qu’elle vient de racheter.

La conversion d’avion n’est pas chose nouvelle pour Vallair, entreprise née en 2003, à l’origine sous le nom de Vallière Aviation. Le franco-luxembourgeois la pratique depuis 2014, aux Etats-Unis comme en Chine. En octobre 2021, Vallair livrait ainsi son troisième A320 cargo à une compagnie aérienne maltaise prestataire du transporteur DHL. L’avion était converti à Canton (Chine) par une entreprise singapourienne, avant d’être finalisé et remis en peinture en France. L’enjeu de la « cathédrale » est de permettre une relocalisation de cette activité à partir de l’automne 2022, « parce que la réindustrialisation est dans l’air du temps et permettra à nos plannings de ne plus être tributaires de la géopolitique », explique M. Jezequel.

Il vous reste 47.89% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.