Cinéma. “Les Folies Fermières” : l’histoire un peu dingue d’un agriculteur dans le Tarn

Cette histoire, c’est la sienne. Celle de David Caumette, agriculteur en polyculture élevage, à Garrigues, commune de 270 âmes du Tarn. Un paysan qui n’avait pas pour destinée de le devenir mais qui a grimpé sur le tracteur pour ne pas laisser mourir le patrimoine agricole familial. Le risque était d’en crever. David s’est alors réinventé investissant avec son épouse Laëtitia, dans un atelier de découpe et développant les circuits courts.

Puis, le bonhomme a joué la carte de la diversification créant une ferme-auberge pour écouler une partie de sa production bouchère et pour gagner un peu de rentabilité. Un premier spectacle de la voisine pour animer le repas. Et voilà que le couple Caumette est pris d’une idée un peu dingue : monter un cabaret sous la ferme, avec artistes professionnels, plumes colorées, sunlights et tabourets pailletés. En coulisses, la famille et les copains s’activent pour passer les plats. Le soir, David tombe les bottes et la fourche, pour endosser le costume de Monsieur Loyal. Les Folies Fermières étaient nées. David ne roule pas sur l’or mais a sauvé avec Laëtitia, la dernière exploitation de Garrigues, créant deux commerces, un cabaret et employant 10 salariés.

À Garrigues, ce sont les Folies, non bergères, mais fermières.

À Garrigues, ce sont les Folies, non bergères, mais fermières.

Archives Thierry David