Carburants : le coup de pouce ne provoque pas de ruée aux pompes, « baisse ou pas baisse, je n’ai pas le choix »

Si elle était soutenue ce vendredi, l’affluence n’a pas été décuplée à la station-service marmandaise.

Si elle était soutenue ce vendredi, l’affluence n’a pas été décuplée à la station-service marmandaise.

Camille Groc

« J’attendais la réduction avec impatience, j’ai tiré le réservoir jusqu’au bout pour faire le plein aujourd’hui », témoigne Julie le pistolet à la main, regardant pensive les chiffres défiler. Le gasoil est à 1,869 euro le litre. Malgré le coup de pouce de l’État, la Marmandaise ne dépassera les 60 euros et ne fera pas le plein. Sur la file d’à côté, Nicole préfère, elle, ne pas s’attarder sur le montant.

« Baisse ou pas baisse, je n’ai pas le choix », souffle cette infirmière libérale de Cocumont qui fait 140 kilomètres par semaine. « 18 centimes, c’est très généreux… », ironise-t-elle. La quinquagénaire juge le geste de l’État « insuffisant » et aurait préféré une revalorisation du forfait kilométrique. « Depuis des mois, je paye et je ne regarde même plus mon ticket de caisse avant de le donner à la comptable. »

Pas de pénurie

Comme Nicole, Jonathan estime que cette aide gouvernementale, qui se poursuivra jusqu’en juillet, est « purement électoraliste ». Le Lot-et-Garonnais attend plus de l’exécutif : « C’est facile de creuser la dette pendant la crise sanitaire puis de faire payer la facture aux citoyens avec les taxes. »

Jacky est tout de même soulagée en remplissant quelques jerricans d’essence pour son tracteur tondeuse. « On ne sait pas de quoi demain sera fait alors je préfère faire les réserves. » La pénurie ne se profile pas, rassure un employé de la société de transport de carburant P.F.T. venu faire un complément dans les cuves de la station E.Leclerc. « Les grandes surfaces ont fait le nécessaire et ne devraient pas être à sec. »

Petit pompiste « content »

La ristourne étatique a tout de même du bon pour Stéphane qui a pu reprendre le chemin de la petite station-service Elan de son village de Virazeil, limitrophe de Marmande. Il avait fait des infidélités avec Super U quand les cours ont commencé à flamber. « Il n’y a plus qu’un centime de différence donc je préfère faire travailler le commerce local. »

Pour les pompistes indépendants, qui ont vu leurs volumes diminuer, difficile de trouver le juste prix quand on a payé le carburant très cher.

Pour les pompistes indépendants, qui ont vu leurs volumes diminuer, difficile de trouver le juste prix quand on a payé le carburant très cher.

Camille Groc