Carburant : Etat, producteurs, distributeurs… à qui profite la flambée des prix ? – LaDepeche.fr

l’essentiel
Les prix du carburant à la pompe ont tous dépassé les 2 euros le litre cette semaine. Entre le prix du pétrole brut, les marges et les taxes, qui bénéficient de la flambée des prix ? La Dépêche vous répond.

2,30 € voire 2,40 € le litre de gasoil : les prix du carburant ont atteint, cette semaine, des niveaux jamais connus. Alors que des stations-service vendaient encore le litre d’essence à moins de 2 € le lundi 4 mars, les prix à la pompe ont subi une violente augmentation dans la semaine.

Les prix des carburants sont en hausse continue depuis un an. Cette tendance a été fortement accentuée par la guerre en Ukraine. La Russie est en effet le second producteur mondial de pétrole et en France un quart du gasoil vient de Russie.

À qui a profité cette soudaine hausse des prix du carburant ? Pour répondre à cette question, prenons l’exemple du dernier relevé officiel de prix de l’Union française des industries pétrolières, en date du lundi 7 mars. Le litre de gazole était à 1,88 € et le litre de sans-plomb 95 à 1,89 €. La décomposition des prix reste valable pour les prix actuels.

L’État, le grand gagnant

Comme on peut s’en douter, la plus grande partie du prix payé pour un litre d’essence revient à l’Etat. Il comprend la TVA, la TICPE (ex-TIPP, taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques) et la TVA sur la TICPE. Toutes ces taxes représentent 49 % du prix du litre de gazole et 53 % du litre de sans-plomb 95. Une faible part revient à la région : elle représente 2,2 % de la part que représente la TICPE. Ainsi, sur un litre de gazole à 1,88 €, 0,013 € revient à la région Occitanie. Sur un litre de sans-plomb 95, la région perçoit 0,015 €.

Le second poste qui compose un litre de carburant est le prix du pétrole en lui-même. Dans notre exemple, il représente 41 % d’un litre de gasoil et 36 % d’un litre de sans-plomb 95. Vient ensuite le coût de la distribution pour acheminer le pétrole de la raffinerie à la station-service.

Pas de jackpot pour les stations

Et les stations-service dans tout ça, combien perçoivent-elles sur un litre de carburant ? Vraiment pas grand-chose à en croire l’UFIP, l’union française des industries pétrolières : « Les marges de distribution permettent de couvrir la logistique, la distribution, les stations-service… et là-dessus, les distributeurs touchent un centime par litre.  Tout le reste sert à couvrir les coûts de production, les coûts de revient et les frais variables. »

Selon l’UFIP, les distributeurs ont peu de marges de manœuvre pour faire baisser les prix : « La France représente 1 % de la consommation mondiale de pétrole, les distributeurs français n’ont donc pas de marge de manœuvre sur le brut, et pas beaucoup plus sur les coûts de distribution. » Difficile, selon eux, de ne pas répercuter la hausse des cours sur les automobilistes.