Carbon-Blanc : derrière « la maison du Père Noël », un projet immobilier contesté

Car le « Père Noël » de Carbon-Blanc a aussi une ferme : un terrain à l’arrière où les Bauer y font s’ébattre chèvres, poules, poneys et pigeons sur 6 000 m² appartenant à l’oncle de Rosy. Sauf que cet oncle est en passe de vendre son terrain à Nexity, comme un voisin pour 2 000 m² : 8 000 m² où le promoteur a l’intention de construire 127 logements. Une résidence seniors (94 logements) et un immeuble de 33 logements sociaux accessibles depuis l’impasse Emile-Combes.

« Pas opposés à l’urbanisation mais… »

L’opposition des Bauer et des autres riverains s’est formalisée en collectif à la pétition nantie de 262 signatures à ce jour. « Ce projet est disproportionné au regard de la voirie étroite d’Emile-Combes et de la circulation déjà importante et dangereuse sur l’avenue Jean-Jaurès », explique Marine Clavé, habitant au coin des deux rues depuis cinq ans. Son voisin Daniel Laffon précise : « nous ne sommes pas opposés à de l’urbanisation mais des simples pavillons seraient plus cohérents ici. »

La maison des Bauer, « maison du Père Noël » au croisement de l’avenue Jean-Jaurès et de la rue Emile-Combes. Le projet immobilier est envisagé à l’arrière.

La maison des Bauer, « maison du Père Noël » au croisement de l’avenue Jean-Jaurès et de la rue Emile-Combes. Le projet immobilier est envisagé à l’arrière.

Y.D.

Le projet Nexity arrive de loin… et un peu du stade Lacoste où le promoteur avait un accord avec l’ancienne majorité d’Alain Turby. L’équipe victorieuse de Patrick Labesse avait fait de la préservation du site Lacoste un sujet-clé de sa campagne 2020 et donc éconduit le promoteur, se plaçant sous la menace d’une pénalité de dédit aux alentours de 450 000 euros. Un arrangement a été trouvé, moyennant la possibilité de trouver une autre implantation.

148 logements à deux pas déjà

« Le terrain trouvé par Nexity est privé et fait l’objet d’une transaction privée », déclare le maire de Carbon-Blanc qui souligne sa volonté de préserver les espaces publics (Lacoste, Favols, Faisan) mais aussi le besoin de logements sur la métropole. « Nous avons cela dit discuté avec l’entreprise pour que le projet soit acceptable. » Une résidence seniors sera moins pourvoyeuse de flux automobiles et une réflexion sera menée sur la circulation dans le quartier. » D’autant plus nécessaire que le programme contesté n’est pas le seul dans le coin. À quelques centaines de mètres de là sur la même avenue Jean-Jaurès, des travaux de terrassement ont commencé : Clairsienne et Nexity vont y déployer 148 logements collectifs et maisons individuelles en deux phases… initiées sous l’ancienne mandature.