Cadres ou pas, de plus en plus de salariés se mettent au vert

Plus d’espaces, plus de mètres carrés, moins de stress… Ces derniers mois, les arguments en faveur de « la petite maison à la campagne » revenaient sans cesse dans les dîners en ville. Restait à savoir combien de salariés passaient des mots aux actes.

Les chiffres officiels du service des statistiques du ministère du travail (Dares) viennent de tomber et confirment le phénomène : de plus en plus de salariés quittent Paris et les centres-villes des grandes métropoles pour s’installer dans un environnement plus rural.

« Le désamour de la grande ville atteint également la province. Sur un an, les salariés qui ont déménagé à plus de 100 kilomètres ont davantage quitté les départements comptant une grande métropole (+ 3 points), au profit d’un département rural. » « Le désamour de la grande ville atteint également la province. Sur un an, les salariés qui ont déménagé à plus de 100 kilomètres ont davantage quitté les départements comptant une grande métropole (+ 3 points), au profit d’un département rural. »

« Entre les mois d’avril 2020 et 2021, les départs à plus de 100 kilomètres de Paris augmentent de 34 % (…) et les arrivées y reculent de 12 % », indique la Dares, dans une étude intitulée « Quelles mobilités géographiques des salariés du privé durant la crise sanitaire ? », parue mercredi 16 mars. Soit 4 000 déménagements en plus et 1 600 arrivées en moins sur un an. Une tendance « déjà entamée » avant la crise sanitaire, précise le service des statistiques des ministères du travail, du fait de la flambée des prix du mètre carré parisien.

Désamour

Le désamour de la grande ville atteint également la province. Sur un an, les salariés qui ont déménagé à plus de 100 kilomètres ont davantage quitté les départements comptant une grande métropole (+ 3 points), au profit d’un département rural.

Lire aussi Article réservé à nos abonnés En France, depuis la pandémie de Covid-19, les villes moyennes ont la cote

Même si les territoires de la « France profonde » restent des points de chute minoritaires, leur part dans le total des déménagements à plus de 100 kilomètres grimpe de 26,3 % à 28,6 % sur un an. Inversement, en avril 2021, la proportion de départs des grandes métropoles atteignait presque un tiers des déménagements longue distance (29 %).

Au vu de la carte établie par la Dares, les départements qui profitent le plus de cette attractivité retrouvée sont principalement les territoires situés à deux heures de Paris : l’Orne (61), le Loir-et-Cher (41) et l’Aube (10). Dans cette redistribution des cartes au profit des espaces ruraux, la Dordogne (24), la Haute-Vienne (87) et la Lozère (48) tirent aussi leur épingle du jeu. Dans ces départements, le prix d’une maison peut afficher un zéro en moins que le même bien situé en Île-de-France.

Lire aussi Article réservé à nos abonnés Du présentiel au distanciel, la révolution silencieuse du travail

Sans conteste, le télétravail a facilité cette mise au vert. « Sont notamment concernés [par ces déménagements] les domaines des services administratifs, comptables et financiers, de l’informatique ou encore de la banque et assurance », note le service des statistiques du ministère du travail. Autrement dit, des activités pouvant être facilement exercées à distance.

Il vous reste 32.58% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.