Bordeaux : il y a une vie après la liquidation de son entreprise

Ce rêve Didier Oudin, ex-patron – sur le chemin de la retraite – d’Arom, et nouveau président régional de l’association 60 000 Rebonds, met son énergie à le réaliser. Créée en 2012 à Bordeaux par Philippe Rambaud, en référence aux 60 000 liquidations judiciaires de l’époque, l’association 60 000 Rebonds accompagne, sur le chemin du rebond, ceux qui ont subi la perte de leur société, des TPE le plus souvent.

Je prends un gros coup sur la tête… C’est un échec. Je culpabilise de n’avoir pas trouvé de solutions pour sauver l’affaire.

En dix ans, la structure associative a permis à un millier d’entrepreneurs français de « rebondir ». « Nous pourrions faire plus si nous avions plus de visibilité », poursuit le président régional. De la visibilité, elle devrait en avoir ce jeudi 2 juin, au siège du Crédit Agricole à Bordeaux, où elle organise son anniversaire à 17 heures. Un événement ouvert à tous pour rappeler les objectifs de l’association et échanger autour d’une table ronde sur le thème de « l’entrepreneuriat de demain ».

La solitude de l’entrepreneur liquidé

Pierre Porchier a rebondi. En 2018, à 52 ans, le chef d’entreprise doit déposer le bilan des deux entreprises de produits carnés qu’il dirige dans la Vienne. « Les sociétés sont reprises à la barre du tribunal avec la centaine de salariés. Je prends un gros coup sur la tête… C’est un échec. Je culpabilise de n’avoir pas trouvé de solutions pour sauver l’affaire. Je prends un peu de temps pour réfléchir à l’après. La restauration ? Trop d’investissements… »

À 52 ans et après le dépôt de bilan de ses deux sociétés, Pierre Porchier s’est tourné vers 60 000 Rebonds et a rebondi…

À 52 ans et après le dépôt de bilan de ses deux sociétés, Pierre Porchier s’est tourné vers 60 000 Rebonds et a rebondi…

P. Porchier

Et Pierre raconte ce que d’autres entrepreneurs ont vécu : les banques qui ne veulent non seulement plus prêter mais n’acceptent même pas l’ouverture d’un compte, l’assureur qui appelait régulièrement est désormais aux abonnés absents, les relations sur lesquelles on pensait pouvoir compter aussi, et d’autres, qu’on n’imaginait pas se mobiliser, sont pourtant là. On s’isole… « Ma famille est restée auprès de moi, soudée. Et par une amie, j’ai connaissance de 60 000 Rebonds. » Pierre Porchier trouve là un espace pour échanger avec des gens qui ont vécu la même chose que lui « et parfois pire ce qui aide à relativiser et relever la tête ». Des bénévoles, chefs d’entreprise, coachs professionnels, experts-comptables, DRH, avocats, parrainent et accompagnement les candidats au rebond. Le temps qu’il faut.