Bordeaux. Énergies renouvelables : vers une ombrière photovoltaïque au-dessus de la rocade ?

La grande centrale solaire de la route de Labarde, près de Bordeaux, à peine inaugurée, ce jeudi 12 mai, le maire écologiste pousse un nouveau projet : une longue ombrière de 40 km² au-dessus de la rocade, composée de capteurs solaires pour produire l’équivalent de la consommation de 40 000 foyers (sur 360 000 estimés à Bordeaux).

Sur le même sujet


Bordeaux : la centrale solaire qui a fleuri sur les ordures

Bordeaux : la centrale solaire qui a fleuri sur les ordures

En fonctionnement depuis l’an passé, la centrale photovoltaïque de Labarde a été inaugurée jeudi 12 mai. Elle couvre soixante hectares sur une ancienne décharge de Bordeaux-Nord. Une réalisation qui tranche avec le méga projet Horizeo qui agite le sud de la Gironde

Une image de synthèse de ce à quoi pourrait ressembler le projet.

Une image de synthèse de ce à quoi pourrait ressembler le projet.

Ville de Bordeaux

Le tout, en créant assez de « fraîcheur » pour éviter aux automobilistes d’abuser de la clim. Un système de récupération des eaux de pluie, un capteur des gaz à effet de serre, des turbines à hydrogène pour garantir le système quand il fait moche et un « piège à sons » pour calmer les nuisances acoustiques, achèveraient de faire du tout un projet exemplaire.

Sur le même sujet


Bordeaux : la centrale solaire qui a fleuri sur les ordures

Bordeaux : la centrale solaire qui a fleuri sur les ordures

En fonctionnement depuis l’an passé, la centrale photovoltaïque de Labarde a été inaugurée jeudi 12 mai. Elle couvre soixante hectares sur une ancienne décharge de Bordeaux-Nord. Une réalisation qui tranche avec le méga projet Horizeo qui agite le sud de la Gironde

On en est au stade des études de faisabilités techniques – dont la garantie de la sécurité des automobilistes, ou la question des entrées et sorties – et du tour de piste financier. En attendant une phase de test, sur une portion de la rocade par exemple. Le dossier est sur le bureau de la ministre de la Transition écologique, Emmanuelle Wargon. Et Pierre Hurmic a remis une pièce auprès du premier ministre Jean Castex, début avril au cours d’un « long entretien » où il a été question de l’« urgence à déployer les énergies renouvelables dans nos villes ».

« Il faut mettre des panneaux photovoltaïques partout où c’est possible »

À l’origine de l’idée, un urbaniste-architecte qui souhaite encore rester discret. Il a rencontré le maire fin 2021, quand ce dernier a reçu un prix national du Geste d’or, pour divers projets (parcs urbains, réseau de chaleur, géothermie, etc.). L’élu a été conquis, persuadé que ce genre d’idée peut faire « tache d’huile » face au défi climatique. Juppé a fait pousser une centrale sur une ancienne décharge ; lui tentera de le faire sur une autoroute.

Presque un manifeste. « Cette idée coche beaucoup de cases vertueuses. » Notamment celle d’éviter de cantonner ce genre d’opération aux zones rurales, où l’artificialisation abîme les écosystèmes et génère des tensions avec les riverains, comme le vaste programme Horizeo en Sud-Gironde.

Pression