Bordeaux : elle met en valeur du mobilier dans des logements à vendre

Mobilier, vaisselle, plantes… Tout est à vendre dans cet appartement.

Mobilier, vaisselle, plantes… Tout est à vendre dans cet appartement.

Jean Maurice Chacun/ « SUD OUEST »

Du mobilier à la décoration en passant par le linge de maison, tout ce qui se trouve dans l’appartement provient de boutiques bordelaises ou est le fruit du travail d’artisans ou artistes du coin. Le logement mis en vente devient alors en quelque sorte une galerie d’art et de mobilier. « J’avais envie de valoriser le travail d’artistes et d’artisans pour montrer que le mélange des genres fonctionne », explique la jeune trentenaire.

Un concept modulable à l’infini

Pour développer son concept, elle s’est appuyée sur le soutien d’une agence immobilière qui lui a laissé carte blanche afin de décorer un bien « vide depuis un an ». « Tout est allé très vite. En un mois, j’ai dû démarcher des boutiques, des artisans, des artistes et meubler entièrement l’appartement. » Et la jeune entrepreneuse n’est pas à cours d’idées. « On peut pousser le concept encore plus loin en organisant des happenings, des shootings le temps de la vente du bien. » Cécile d’Amade Briand souhaite à terme pouvoir proposer des créneaux réservés aux visites et d’autres consacrés aux autres activités qu’elle souhaite développer.

La jeune entrepreneuse espère organiser quatre à cinq événements de ce type par an.

La jeune entrepreneuse espère organiser quatre à cinq événements de ce type par an.

Jean Maurice Chacun/ « SUD OUEST »

Un principe gagnant-gagnant à la fois pour l’agence immobilière en charge de la vente que pour les exposants. Ces derniers exposent leurs objets dans des conditions réelles, ce qui contribue à la mise en valeur du logement mis en vente. Elle souhaite aussi rendre son activité accessible à tous. « Je veux qu’il y en ait pour toutes les bourses, explique-t-elle. Je ne veux pas que ça soit trop select. »