Bordeaux Brazza : le groupe Cardinal va développer hôtel, halle culturelle, logements et locaux d’activité

Le site actuel de la friche Soferti et sa grande halle en bois dont certains matériaux seront réutilisés.

Le site actuel de la friche Soferti et sa grande halle en bois dont certains matériaux seront réutilisés.

Guillaume Bonnaud/ « Sud Ouest »

« Nous allons exercer, sur cet îlot, nos trois métiers de gestionnaire, investisseur et promoteur », explique Jean-Christophe Larose, président du groupe. « Après le Mama Shelter, les deux sites de l’ancienne et de la nouvelle clinique du Tondu, Brazza est une nouvelle opération d’envergure pour nous à Bordeaux. » Le site sera divisé en sept lots.

MOB Hôtel et forum événementiel

La construction la plus emblématique sera l’hôtel où Cardinal retrouve son partenaire du Mama Shelter en centre-ville, Cyril Aouizerate, initiateur d’un autre concept, le MOB Hôtel. « L’écologie sociale » y est avancée comme le maître-mot, travaillant avec des artisans locaux pour équiper et animer un établissement de 129 chambres sur 5 906 m². Ce cousin des deux premiers hôtels déjà ouverts à Lyon et Saint-Ouen prendra place dans la partie principale de l’ancienne halle Soferti, dont une partie des matériaux seront réutilisés pour une construction rappelant son architecture.

Perspective du MOB Hôtel vu de la place publique.

Perspective du MOB Hôtel vu de la place publique.

Agence King Kong

À côté de l’hôtel, le deuxième projet novateur est encore emmené par des Lyonnais : cuisines des rues du monde et événementiel vont se décliner au fil d’une halle culturelle et d’un forum à l’arrière. « Nous avons amené à Lyon une cuisine festive, ouverte », explique Thomas Zimmermann, un des deux associés de Nomads kitchen qui a importé le projet d’une première vie à Hong Kong, San Francisco et New York. « À Brazza, on pourra manger avec un ticket resto le long de grandes tablées. » Il fait équipe avec Philippe Liucci de l’agence Ivanhoé (et Cardinal dans l’investissement) pour décliner un forum et une salle de 1 400 places.

205 logements sociaux

Salons, conventions, concerts, cuisine raisonnée au fil de food courts éphémères, chefs en résidence, vide-dressing, animations vintage, marchés et événements engagés : « Nous voulons travailler avant tout avec les associations et collectifs locaux », assure Philippe Liucci, qui vante un équilibre financier entre accueil d’entreprises et propositions culturelles. Dans ce rayon, la scène émergente est ciblée.

L’immeuble tertiaire en projet.

L’immeuble tertiaire en projet.

Agence King Kong

Un des autres lots comprendra 22 maisons individuelles et trois locaux artisanaux en volume aménageable pour l’occupant. Le reste est plus « classique » : 135 logements en accession libre, 205 sociaux (101 logements et 104 d’une résidence étudiante) et un immeuble tertiaire de 6 349 m². Commerces et locaux artisanaux se déploieront sur les rez-de-chaussée. L’îlot Soferti va d’abord faire l’objet d’une grande dépollution pour un démarrage des travaux en 2023. Les livraisons de programmes sont prévues entre novembre 2024 et mars 2025.