Bordeaux Bastide : crispations autour de la réhabilitation de la place Calixte-Camelle

Lors de la réunion entre riverains et professionnels organisée par la boulangerie, ce 5 avril.

Lors de la réunion entre riverains et professionnels organisée par la boulangerie, ce 5 avril.

Y.D.

Une mutation testée qui n’est pas du goût de certains commerçants. Le boulanger Alexis Muet en tête s’est mobilisé ces dernières semaines. « J’ai découvert ce projet par la bande et je déplore ce manque de communication des acteurs du quartier », affirme-t-il sur la forme, en étant radical sur le fond : « une condamnation de la moitié de la place aux voitures et je ferme. » S’il reconnaît une réhabilitation, il milite pour une circulation ralentie et un passage en zone bleue pour le stationnement.

Dialogue tendu

Le couple Muet, aux manettes de la boulangerie depuis quatre ans, a organisé ce 5 avril une réunion de commerçants et de riverains pour les sensibiliser à la cause, deux jours avant une réunion de travail qui devait se tenir en mairie annexe. Réunion restreinte aux représentants des riverains et des commerçants où une quinzaine de personnes se sont invitées pour un dialogue tendu. « Je ne travaille pas sous ce genre de pression », regrette l’adjointe de quartier Françoise Frémy, soutenant que « tout le monde a été prévenu via les associations ou des tracts des réunions de cet automne. Nous avons hérité d’un dossier qui a végété pendant dix ans et nous comptons agir ».

Le projet d’aménagement expérimental de la place par les étudiants en deuxième année de DN Made du lycée Magendie, prévoit une piétonnisation partielle au sud-est.

Le projet d’aménagement expérimental de la place par les étudiants en deuxième année de DN Made du lycée Magendie, prévoit une piétonnisation partielle au sud-est.

DN Made

L’expérimentation de la place semi-piétonne devait commencer en juin pour quelques mois : elle pourrait être retardée au vu du climat. « Certains acteurs n’ont pas suffisamment été associés jusque-là », note Eric Mangiarotta, coprésident de Coeur de Bastide. « La mairie a le mérite de vouloir agir pour une place qui en a besoin. Peut-être faut-il envisager des options et des expérimentations plus « douces » aussi. » Louis Chatenet, l’autre coprésident, réclame « une vraie concertation ».

Bast ID pour un « choix fort »