Bordeaux. À Darwin, le grand rendez-vous des automobiles Motobloc

Propriétaire de la marque qu’il a rachetée il y a sept ans à l’INPI (Institut national de la propriété industrielle), et mécanicien aux doigts d’or (avec du cambouis dessus), Clément Brouzes a récemment restauré une Motobloc 1931 qui a donc l’âge d’être sa grand-mère. Elle participera bien sûr à l’événement Darwin de cette fin de semaine. « On recense environ 20 Motobloc dans le monde, jusqu’en Nouvelle-Zélande, en Argentine, en Grande-Bretagne et en Espagne, explique-t-il. Quinze seulement peuvent encore rouler et toutes ne viendront évidemment pas. »

Il y en aura quand même 11 à Darwin, près de l’usine de la rue des Vivants, qui vit le jour il y a cent vingt ans et ferma ses portes en 1961. « La plus ancienne vient de Quimper en Bretagne » précise Jean-Luc Fournier, auteur en 2015 du livre référence sur Motobloc, dans lequel il rappelle que c’est à Bordeaux qu’est né le bloc-moteur (d’où le nom de la marque), invention alors révolutionnaire. Parmi les heureux propriétaires, Jean-Pierre Champseix, viticulteur à Néac dans le Lot-et-Garonne, viendra avec sa magnifique voiture de 1921.

Sacrée surprise

Les visiteurs pourront également admirer une quinzaine de motos et de vélomoteurs, produits à partir de 1948 par Motobloc, alors que la fabrication automobile commençait à battre de l’aile, en raison d’une concurrence toujours plus vive.

La sortie du personnel de l’usine Motobloc, un des fleurons de l’industrie automobile, rue des Vivants à Bordeaux-Bastide.

La sortie du personnel de l’usine Motobloc, un des fleurons de l’industrie automobile, rue des Vivants à Bordeaux-Bastide.

Reproduction « Sud Ouest »

Soutenu par la Fédération française des véhicules d’époque, l’événement est gratuit et ouvert à tout le monde. Outre des conférences (de courte durée) ce vendredi à partir de 16 h 30, au cours desquelles un ancien employé de l’usine prendra la parole, Clément Brouzes et Jean-Luc Fournier promettent une sacrée surprise en provenance de Saintes (17). Ils annonceront aussi que, grâce à un partenariat avec la marque Kidur, créée en 1935 et installée à Courlay, dans les Deux-Sèvres, Motobloc va donner son nom à une ligne de vêtements 100 % français. Un magasin Kidur ouvrira ses portes en septembre, place du Parlement à Bordeaux.

Par ailleurs, le peintre hyperfiguratif bordelais Didier Vallé sera de l’aventure, sous forme de performance picturale et publique. Les deux organisateurs ont enfin prévu, samedi matin, un rallye courte distance entre Darwin et la commune de Cambes (33). Seule incertitude : la météo. « S’il pleut des cordes, ce sera difficile de sortir les voitures » explique Jean-Luc Fournier, qui précise que « ce sera la première et certainement la dernière fois qu’on pourra voir autant d’automobiles Motobloc rassemblées en même temps, au même endroit ». Raison de plus pour inscrire cette fin de semaine à Darwin sur son bloc-notes.