Bassin d’Arcachon : les élus du nord veulent « crever les abcès quand ils sont encore petits »

Depuis l’été 2020, rien n’est plus comme avant. Bruno Lafon, jusqu’ici maire sans étiquette de Biganos et président de la Coban élu à l’unanimité, avait alors annoncé, dans la presse, qu’il se présentait aux sénatoriales sur la liste LR, provoquant la fronde de cinq maires sur huit. Résultat, la gouvernance de la Coban a été repensée avec un bureau des maires présidé par Nathalie Le Yondre, maire socialiste d’Audenge, devenu l’exécutif de la collectivité et un président qui n’a plus de pouvoir.

Bruno Lafon, maire de Biganos et président de la Communauté d’agglomération du nord Bassin (Coban).

Bruno Lafon, maire de Biganos et président de la Communauté d’agglomération du nord Bassin (Coban).

Franck Perrogon

Quelques-uns ont dit qu’il fallait moderniser la gouvernance de la Coban, je l’ai pris dans ce sens-là »

Le lundi 30 novembre 2020, les élus de la Coban ont dépouillé Bruno Lafon de quasiment toutes ses délégations, et renforcé les attributions des huit maires et vice-présidents, au bout « d’une longue et âpre négociation » dixit, à l’époque, Philippe de Gonneville, maire divers droite de Lège-Cap-Ferret. « Nous avons choisi la collégialité de la décision », avait commenté Jean-Yves Rosazza, maire sans étiquette d’Andernos-les-Bains. « Nous allons mieux fonctionner avec des vice-présidents plus investis », avait ajouté Cédric Pain, maire socialiste de Mios. « Cela ne me pose aucun souci, avait répondu Bruno Lafon. Quelques-uns ont dit qu’il fallait moderniser la gouvernance de la Coban, je l’ai pris dans ce sens-là. »

Indemnités à la baisse ?

Refusant de démissionner, il est resté donc un président sans majorité et sans pouvoir. Mais il a gardé les mêmes indemnités, 51 340,08 € par an, contre 20 536,08 aux vice-présidents. Ceci doit être mentionné dans le rapport d’orientations budgétaires, voté ce mardi soir. Aussi, à la fin du débat, Manuel Martinez, maire sans étiquette de Marcheprime, se saisit de l’occasion : « Les indemnités ne doivent pas être tabou. Bruno, tu ne seras pas surpris que je soulève le sujet. »

Par rapport à cette évolution au sein de la Coban depuis un an et demi, considères-tu, Bruno, que tes indemnités correspondent à tes fonctions ? »

En effet, la question des indemnités de fonction du président a été longuement discutée, avant et hors conseil. « Mes propos rejoignent ce que j’ai pu entendre parmi des élus communautaires et des administrés, poursuit Manuel Martinez. Par rapport à cette évolution au sein de la Coban depuis un an et demi, considères-tu, Bruno, que tes indemnités correspondent à tes fonctions ? Penses-tu revoir cela ? C’est important de mettre les choses sur la table publiquement. »

Manuel Martinez maire de Marcheprime

Manuel Martinez maire de Marcheprime

Franck Perrogon

Bruno Lafon ouvre alors son micro : « Oui, je suis prêt à en parler avec vous. J’ai donné mes délégations aux vice-présidents et ça fait partie du pacte. Mais je suis prêt à discuter. » Nathalie Le Yondre explique tout de suite qu’on « en parlera donc en bureau des maires ». Et Manuel Martinez conclut : « Il vaut mieux crever les abcès quand ils sont petits. » Et celui-ci, parmi d’autres, commençait à enfler dangereusement…