Bassin d’Arcachon : du porte à porte pour le transport public des seniors

En décembre 2011, l’intercommunalité a renouvelé sa délégation de service public, confiant à Transdev, préféré à Khéolis, un contrat de 45 millions sur sept ans. Annuellement, le coût passe pour la collectivité de 5 à 6,5 millions d’euros. Transports scolaires compris avec, comme base de travail, le voyage à 1 euro et une offre de transport à la demande jusqu’ici inégalée.

Dans la nouvelle offre, le transport de nuit est étoffé.

Dans la nouvelle offre, le transport de nuit est étoffé.

Sophie Neny

« C’est une grande première » assure Marie-Hélène Des Esgaulx, la présidente de la Cobas, parlant d’une offre « très ambitieuse » qui, selon elle, n’existe nulle part ailleurs. « Nous avons joué la carte des générations. Le dernier contrat était axé sur les jeunes avec un pass à 80 euros garantissant le transport scolaire et la gratuité du transport public. Là, nous étoffons cette offre et visons de plus les seniors en leur proposant un transport de porte à porte. »

Les moins de 75 ans ne sont pas oubliés

Le transport à la demande (TAD), la Cobas le proposait déjà pour les plus de 70 ans. Il se faisait d’arrêt à arrêt, c’est-à-dire sur le tracé déjà existant d’une ligne de bus. Aujourd’hui, il pourra s’opérer n’importe où, d’un point A à un point B, de la porte d’entrée de celui qui le commande à celle où il souhaite se déplacer. En revanche, il sera réservé aux plus de 75 ans et il leur en coûtera 2 euros avec l’obligation de réserver deux heures à l’avance. Et ce, de 8 heures à minuit, du lundi au samedi.

« C’est précisément parce que nous avons constaté qu’il y avait une demande chez les personnes en perte de mobilité que nous avons voulu proposer un service plus élargi […] par soucis d’équité, nous permettrons aux personnes déjà inscrites et ayant entre 70 et 75 ans de profiter de la nouvelle offre. »

Dans le même temps, le TAD réservé aux personnes à mobilité réduite (PMR), c’est-à-dire justifiant d’une invalidité supérieure ou égale à 80 %, est maintenu lui aussi de porte à porte. « C’est précisément parce que nous avons constaté qu’il y avait une demande chez les personnes en perte de mobilité et ne rentrant pas dans ce cadre que nous avons voulu proposer un service plus élargi » explique Bleuène Cochet, la directrice du service mobilités à la Cobas.

L’annonce a néanmoins dépité les personnes déjà usagères du TAD seniors et n’ayant pas encore atteint l’âge requis. « C’est pour cela que, par soucis d’équité, nous permettrons aux personnes déjà inscrites et ayant entre 70 et 75 ans de profiter de la nouvelle offre », précise la responsable.

Le transport de nuit suivra les lignes et donc les arrêts déjà existants.

Le transport de nuit suivra les lignes et donc les arrêts déjà existants.

Baia

Outre leur service dédié, les seniors pourront également bénéficier du TAD de nuit qui, lui, est ouvert à partir de 16 ans, sans limite d’âge. De quoi s’agit-il ? De l’offre déjà existante, « Baia la nuit », fonctionnant d’arrêt à arrêt en minibus et qui voit sa plage horaire étoffée. Ainsi, ce transport fonctionnera-t-il en semaine et le dimanche de 19 heures à 23 h 30, ainsi que le samedi et tous les jours de l’été de 19 à 3 heures du matin. Là, il en coûtera 2,50 € le trajet. Sauf pour les détenteurs du pass jeunes qui, pour 80 euros l’année, bénéficient déjà du transport scolaire et du transport public. Et donc, aussi, du TAD de nuit.

De nouvelles lignes à venir

À ces nouveaux services proposés ce 4 avril, s’adjoindront de nouvelles lignes de transport régulières dès le 4 juillet. Les tracés sont en cours d’étude mais d’ores et déjà Transdev annonce la mise en place de deux lignes principales allant de la gare d’Arcachon au pôle de santé, avec une cadence de 20 minutes aux heures de pointe. Des lignes express reliant la gare d’Arcachon à la plage de la Salie, le port du Teich à la plage de la Salie et la gare du Teich à la gare d’Arcachon, avec une cadence de trente minutes à une heure se profilent. Tout comme des lignes de maillage et de proximité et, surtout, deux nouvelles lignes le dimanche reliant la gare d’Arcachon à celle du Teich et à Cazaux.

La Cobas annonce également, par la suite, la mise en place de « mesures pour les salariés ». Jusqu’ici le réseau enregistrait 1,5 million de voyageurs à l’année. Entre l’augmentation de la population et de l’offre de transport, ce chiffre devrait être revu à la hausse.