Bassin d’Arcachon : à 18 ans elle s’apprête à faire le tour de France en avion

« J’ai rencontré un instructeur qui m’a dit mais qu’est-ce que tu fais là ? Viens voler » raconte-t-elle. À 15 ans, en juin 2019, Anaïs fait…

« J’ai rencontré un instructeur qui m’a dit mais qu’est-ce que tu fais là ? Viens voler » raconte-t-elle. À 15 ans, en juin 2019, Anaïs fait son premier vol en instruction. Deux mois plus tard, ce sera le lâcher, le vol en autonomie. « Un merveilleux souvenir » dit-elle. Le virus est pris, la jeune fille sera pilote. Elle enchaîne avec le brevet de base puis le PPL (licence de pilote privé) qui lui permet d’embarquer des passagers. Pour son premier vol en dehors de l’aéroclub, elle longe la côte du bassin d’Arcachon.

Dès que je décolle, c’est le calme, l’apaisement, la liberté… La sensation est dingue, l’avion est tout léger.

« Mes parents agitaient les bras au sol pour me faire coucou », sourit-elle. « Pour moi, dès que je décolle, c’est le calme, l’apaisement, la liberté… La sensation est dingue, l’avion est tout léger. » C’est en effet à bord d’un Cessna 150 qu’Anaïs pilote. Un « vieux coucou » de 100 chevaux qui lui permet d’atteindre les 175 km/h. Un engin avec lequel elle entend bien, aussi, faire le tour de France.

Élève ingénieur et réserviste

Anaïs a en effet candidaté pour participer au tour aérien des jeunes pilotes, une manifestation organisée par la Fédération française d’aéronautique (FFA). Sur la centaine de postulants, seuls 45 seront retenus. Anaïs a déjà passé avec succès la première étape de sélection et saura, à l’issue de la seconde qui se joue les 14 et 15 mai prochains à Paris, si elle fait partie de la promotion 2022. D’ici là, elle met toutes les chances de son côté.

Elle a ainsi rédigé un dossier de sponsoring et réuni les deux tiers de son budget. Quand elle se fixe un objectif, la jeune pilote de 18 ans seulement met tout en œuvre pour l’atteindre. Élève en école d’ingénieurs aéronautique à l’institut Evering de Bordeaux, elle aspire à intégrer l’armée de l’air. Elle a suivi le parcours des cadets et est, depuis ses 17 ans, réserviste sur la base aérienne de Cognac. « Pourquoi Cognac ? Parce que je connaissais déjà Cazaux » dit-elle précisant, avec la même évidence, avoir passé un mois dans un escadron de chasse l’an passé.

Anaïs Assante est, depuis ses 17 ans, réserviste sur la base aérienne de Cognac.

Anaïs Assante est, depuis ses 17 ans, réserviste sur la base aérienne de Cognac.

Sabine Menet

Voltige et transmission

Récemment, Anaïs a débuté une nouvelle formation. Là, il s’agit de voltige, sur un Cap 10. « Je suis fan, si je pouvais, j’en ferais tous les jours. Il faut rester très concentrée. Cela me permet aussi d’affiner mon pilotage » précise-t-elle. Elle a également passé un certificat de radiophonie anglaise qui lui permet de communiquer en vol, en dehors de l’Hexagone.

La voltige, je suis fan, si je pouvais, j’en ferais tous les jours. Il faut rester très concentrée. Cela me permet aussi d’affiner mon pilotage

La vie d’Anaïs est donc entièrement et viscéralement tournée vers l’aéronautique. Un milieu qui demeure essentiellement masculin. Sur les 250 adhérents de l’aéroclub d’Andernos-les-Bains, elle fait partie des cinq filles de moins de 21 ans. Qu’importe, l’ambiance, la solidarité et l’esprit de famille du club associatif ne font pas de distinction. « Dès que j’ai du temps libre, j’y suis. Il y a toujours quelque chose à voir et à faire pour progresser. Les instructeurs sont bienveillants et ont tous envie de transmettre » explique-t-elle.

Conséquemment, c’est précisément cet engagement qu’elle souhaiterait communiquer lors du tour aérien des jeunes pilotes et des huit étapes prévues dans les aérodromes qui, pour l’occasion, seront ouverts au public. « Pour expliquer que oui, on peut voler, à tout âge et que pour les jeunes, il y a des bourses qui permettent de financer les brevets. » Sans oublier, évidemment, le plaisir de passer deux semaines à piloter avec d’autres passionnés et de cumuler des heures de vol. « Une belle aventure humaine » résume-t-elle.

La 60e édition du tour aérien des jeunes pilotes

Le Tour aérien des jeunes pilotes (TAJP) a lieu tous les deux ans. L’édition 2020 ayant dû être annulée pour des raisons sanitaires, l’édition 2022 rime avec les 60 ans de la manifestation. Laquelle s’adresse aux pilotes entre 18 et 24 ans en leur proposant sous la forme d’une université d’été, de se retrouver, d’échanger et d’approfondir leurs connaissances. Ce qui se double à une opération de promotion de l’aviation légère et des aéroclubs où se déroulent les étapes. Le départ est prévu le 16 juillet à Chambéry et l’arrivée, le 31 juillet à Tarbes. Soit 30 heures de vol. Anaïs en cumule déjà 80. Renseignements sur son projet : 06 52 60 61 26 et anaisassante@orange.fr