Avec un Twitter à la sauce Elon Musk, vers plus de liberté ou plus de messages haineux ?

« La dernière chose dont nous avons besoin, c’est d’un Twitter qui ferme délibérément les yeux sur les discours violents à l’encontre des utilisateurs, […] notamment les femmes, les personnes non binaires et autres », a ajouté le directeur en charge de la technologie et des droits humains à Amnesty International, Michael Kleinman.

Liberté d’expression

Confrontée depuis deux ans aux fausses informations sur le Covid, l’Organisation mondiale de la santé a aussi appelé Elon Musk à assumer son « énorme responsabilité » sur le sujet, tandis que la Fédération internationale des journalistes a vu dans ce rachat une « menace (pour) le pluralisme et la liberté de la presse », ainsi qu’« un terrain favorable à la désinformation ». « L’extrême réaction de type anticorps de ceux qui craignent la liberté d’expression en dit long », a tweeté mardi Elon Musk sur le réseau social qui sera bientôt le sien pour 44 milliards de dollars. Des conservateurs américains et les partisans du président brésilien d’extrême droite Jair Bolsonaro ont applaudi son projet, y voyant la fin d’une forme de « censure ».

Reste à savoir comment l’homme le plus riche du monde va mettre les choses en place sur un réseau qui compte environ 217 millions d’utilisateurs actifs quotidiennement, dont plus de 80 % hors des États-Unis. Twitter tente depuis des années d’établir des garde-fous pour contenir les discours de haine, en masquant des contenus ou en les modérant. Voire, arme suprême, en supprimant des comptes, comme il l’avait fait de manière spectaculaire pour celui de l’ancien président américain Donald Trump, en janvier 2021, après l’assaut du Capitole sur fond d’accusations infondées de fraude électorale.

« C’est beaucoup plus facile de critiquer la plateforme de l’extérieur en disant qu’elle ne soutient pas la liberté d’expression, que de la faire fonctionner et de mettre en œuvre une politique de modération des contenus », prévient le codirecteur du Centre d’étude des réseaux sociaux et de la politique de l’université de New York, Joshua Tucker. « Par liberté d’expression, j’entends simplement ce qui respecte la loi. La censure à laquelle je suis opposé est celle qui dépasse de loin (le cadre de) la loi », a ensuite clarifié Elon Musk, toujours sur Twitter.

« Annonceurs »

D’après Joshua Tucker, le fondateur de Tesla pourrait envoyer un message en rouvrant Twitter à des « responsables politiques conservateurs », au premier rang desquels Donald Trump, qui a décliné d’avance. « Mais il y a une vraie différence entre ce type de grand geste et la gestion quotidienne de la plateforme, où les mécanismes de modération sont là pour lutter contre des propos violents, ou qui menacent de violence », ajoute le chercheur. « Sur quels types de contenus va-t-il faire marche arrière ? », demande-t-il encore.

Sur le même sujet


Rachat de Twitter : quelles sont les intentions d’Elon Musk ?

Rachat de Twitter : quelles sont les intentions d’Elon Musk ?

Bouclé pour 41 milliards d’euros, le rachat du réseau social américain par le fantasque patron de SpaceX et de Tesla suscite de vives inquiétudes sur le maintien d’un semblant de modération en ligne. L’homme n’est pas réputé pour priser les règles

Mardi, le commissaire européen au Marché intérieur, Thierry Breton, a prévenu que Twitter « devra s’adapter totalement aux règles européennes », notamment le nouveau règlement sur les services numériques, le Digital Services Act (DSA), censé contraindre les grandes plateformes à mieux lutter contre les contenus illégaux. Une plus grande ouverture séduirait sûrement ceux qui trouvent que l’oiseau bleu ressemble désormais davantage à une cage pour les discours ne se conformant pas au « politiquement correct ». Mais « si cela devient un espace de contenus haineux et chasse les journalistes, alors Twitter perd de sa valeur », estime Karen North, professeure de communication à l’école Annenberg de l’université de Caroline du Sud.