Automobile : Volkswagen encore à l’offensive sur le thermique

Le Taigo est un petit SUV au profil de coupé.

Technique militaire baptisée carpet bombing par les Anglo-saxons, la stratégie du « tapis de bombes » semble avoir les faveurs de Volkswagen sur le segment très concurrentiel des SUV compacts, dont la croissance ne se dément pas sur le marché européen. En lançant le Taigo, le constructeur allemand affiche sa volonté de ne surtout pas abandonner la bataille des véhicules thermiques. Et notamment celle des SUV, dont la demande, sur les marchés européen et américain, ne faiblit pas.

Lire aussi Article réservé à nos abonnés Volkswagen encaisse un net recul de ses ventes en 2021

Un peu plus grand que le T-Cross (4,11 mètres) et à peine plus que le T-Roc (4,23 m), le Taigo (4,27 m) est le troisième SUV compact de la gamme. Fabriqué dans l’usine espagnole de Pampelune, il rejoint la famille déjà nombreuse des « sport utility » thermiques de la gamme puisque, dans le segment supérieur, on trouve encore le Tiguan et le Touareg. Il s’agit d’occuper massivement le terrain dans une catégorie qui, quoique décriée, dépasse désormais le seuil de 40 % des ventes en étouffant la concurrence avec de multiples modèles.

Aucune version hybride

Le Taigo, dont la ligne est plutôt réussie avec sa lunette arrière très inclinée, installe le constructeur au sein de la niche naissante mais prometteuse des petits SUV à la silhouette de coupé, une catégorie inaugurée par le Renault Arkana. Alors que Volkswagen, groupe automobile leader en Europe, s’est engagé dans une course à l’électrification massive de ses modèles (l’objectif affiché des responsables de l’entreprise de Wolfsburg est de proposer une flotte électrifiée à 70 % d’ici à 2030), on peut s’étonner que cette nouveauté ne propose que des mécaniques essence pures et dures (de 95 à 150 chevaux) . Aucune version hybride voire micro-hybride n’est disponible.

Reste à savoir si, avec le Taigo, on ne risque pas de frôler le grand embouteillage chez Volkswagen. S’agirait-il d’une nouveauté de trop malgré sa silhouette originale, son plaisir de conduite réel, la possibilité de lui ajouter un toit panoramique ouvrant et son positionnement tarifaire assez raisonnable (à partir de 23 380 euros) ? Peut-être pas sur le marché français, friand de ce genre de modèles compacts, dominé logiquement par les Peugeot 2008, Renault Captur et Dacia Duster.

Lire aussi Article réservé à nos abonnés La marque automobile chinoise MG entame sa longue marche en Europe

Ce qui n’empêche pas Volkswagen de tirer son épingle du jeu. Entre 2020 et 2021, le T-Roc est passé de la 25e à la 20e place des ventes des voitures neuves en France, le T-Cross de la 35e à la 29e place. Un bilan qui inspire un certain optimisme au constructeur qui prépare la suite de l’offensive des véhicules thermiques. En 2023, sera lancée la troisième génération du Tiguan.