Automobile : C5X, le melting-pot de Citroën

La C5X de Citroën. La C5X de Citroën.

Pourquoi faire simple lorsque l’on peut faire compliqué ? Avec l’arrivée de la C5X, longue voiture au style un brin torturé propulsée au rang de nouveau porte-drapeau, Citroën remet à l’honneur ce précepte qui lui est cher. Parti d’une page blanche – la précédente C5, berline classique unanimement saluée par la critique, a cessé d’être produite il y a près de cinq ans –, le constructeur aux chevrons mise cette fois sur une approche anticonformiste. Une marque de fabrique qui a été celle des grandes routières maison, de la DS à la C6 en passant par la CX et la XM.

Lire aussi Article réservé à nos abonnés Automobile électrique, la révolution des usages

La C5X, voiture à la silhouette complexe, est un peu difficile à s’approprier visuellement, mais l’objet a de quoi susciter l’intérêt. Il repose sur un mélange des genres clairement assumé, dont l’ambition est de capter les acheteurs lassés des SUV. Selon les stratèges de Citroën, il existe un noyau de clients prêts à s’en remettre à un véhicule capable de s’approprier à la fois les avantages fonctionnels d’un break et la rigueur d’une berline – deux catégories en déshérence dans le haut de gamme –, tout en conservant certains attributs, dont la position surélevée, d’un « sport-utility ».

Déja tenté par des marques italiennes, japonaises ou par Renault (Avantime, Vel Satis), ce type de manœuvre de contournement des constructeurs haut de gamme allemands n’a jamais donné de résultats très probants. Citroën considère pourtant que son aptitude à sortir des sentiers battus lui donne une crédibilité suffisante pour s’y risquer avec succès.

Des ambitions revues à la baisse

La C5X se présente donc comme un melting-pot, à la manière de certaines Toyota, voire de récents modèles sud-coréens. Cet effort de synthèse a accouché d’une voiture à la fois élancée et massive, multipliant les effets de style (inserts de chromes, grandes roues, prises d’air à foison, double becquet arrière). La cohérence esthétique ne saute pas aux yeux, mais la voiture est spectaculaire, et c’est visiblement l’effet recherché.

Lire aussi La Kia EV6 est élue voiture de l’année 2022

Pour la C5X, Citroën a du revoir ses ambitions à la baisse. Ce modèle produit en Chine, où devrait s’écouler le plus clair de sa production, s’est retrouvé confronté à l’effondrement des ventes du constructeur dans l’empire du Milieu, passées de 320 000 à 41 000 entre 2014 et 2021. La firme vise une diffusion réaliste, de l’ordre de 50 000 unités par an, dont la moitié en Europe. De ce tropisme asiatique contrarié demeure un immense porte-à-faux permettant de dégager un vaste espace aux places arrière – argument central, lorsqu’il s’agit de vendre une voiture aux familles chinoises – et une longueur hors-tout de 4,80 m, modérément adaptée à une utilisation en zone urbaine européenne.

Il vous reste 41.85% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.