Arcachon : le centre-ville sera piéton du 18 juin au 18 septembre, des inquiétudes se manifestent

La Ville tente cet été une « expérimentation » : rendre entre le 18 juin et le 18 septembre le centre-ville piéton. Trois rues seront fermées à la circulation automobile tous les jours de 12 à 23 heures : le boulevard de la Plage dans sa portion comprise entre l’avenue du Général-de-Gaulle et la rue Roger-Expert ; le cours Héricart-de-Thury entre la rue Molière et l’avenue Gambetta ; le cours Lamarque-de-Plaisance entre l’avenue Gambetta et la rue Francis-Lanine

Voici le plan de la piétonnisation du centre-ville d’Arcachon présenté sur le flyer distribué par la Ville aux riverains et aux commerçants.

Voici le plan de la piétonnisation du centre-ville d’Arcachon présenté sur le flyer distribué par la Ville aux riverains et aux commerçants.

Ville d’Arcachon

Des flyers et un courrier ont été distribués en ville. Des élus passent chez les gens pour expliquer. « Tout changement soulève des craintes, c’est normal », convient Pierre Cavolli, le premier adjoint d’Arcachon, lundi après avoir reçu pendant une heure et demie une délégation des habitants et des commerçants.

« Comment va-t-on faire pour sortir ou rentrer chez nous ? Tout sera fermé ! »

Il y a des inquiétudes de toutes sortes. « Comment va-t-on faire pour sortir ou rentrer chez nous ? Tout sera fermé ! » « Je vais porter mes courses du Leclerc jusque chez moi à pied ? À 75 ans ? » « Comment vais-je amener ma mère qui est en Ehpad ? » Une dame est catégorique : « De toute façon, dès que l’été arrive, tout est fait pour les touristes et les Arcachonnais ne sont plus considérés ! » « Mais quels parkings va-t-il rester pour se garer à Arcachon ? »

Bilan le 18 juillet

Les agences immobilières s’interrogent : « Que dois-je dire à des locataires qui ont payé pour un parking et qui ne pourront y accéder qu’après 23 heures ? » « Comment accueillir mes clients et leur donner les clés ou les emmener à leur location si les rues sont fermées ? »

« Ils nous ont écoutés mais l’expérimentation se fera »

Une délégation s’est donc entretenue avec Pierre Cavolli et Claire Marescot, adjointe à l’urbanisme. « Ils nous ont écoutés mais l’expérimentation se fera. S’ils voient trop d’opposition, ils arrêteront. On fera un bilan le 18 juillet. Ils ont vu que beaucoup de points n’étaient pas réglés : le parking des particuliers, les auxiliaires de vie, les personnes âgées, etc. »

Cette expérimentation est guidée par une étude menée il y a un an. « Il en ressort qu’étendre la zone piétonne a du sens, assure Pierre Cavolli. Il y aura des agents pour barrer les rues, pas de borne. Ceux qui ont des parkings privatifs pourront entrer et sortir. Le but est d’aérer le centre-ville, de le dynamiser. C’est ce qui se fait ailleurs. »

« Au centre-ville, les riverains n’imaginent pas encore toutes les nuisances liées à la circulation auxquelles ils vont échapper »