Arcachon : et soudain, à midi, les voitures n’avaient plus le droit d’entrer dans le centre-ville

À 11 h 54 précises, il déverrouille la barrière et vérifie qu’elle fonctionne bien. C’est oui. Dès aujourd’hui et jusqu’au 18 septembre, l’hyper centre-ville d’Arcachon sera tous les jours fermé aux voitures (et aux camions, camping-cars, etc.) de midi à 23 heures. Il est maintenant midi et l’agent municipal ferme la barrière.

Le plan de la piétonnisation du centre-ville d’Arcachon.

Le plan de la piétonnisation du centre-ville d’Arcachon.

Source Ville d’Arcachon

Fermer le boulevard va-t-il créer un énorme bazar ? Apparemment pas. Un Corse, enfin un gars dont la voiture est immatriculée en Corse, est stoppé. Sa femme descend et file vers le centre-ville, lui repart. Une Porsche se pointe, s’arrête, fait vrombir son moteur et dégage. Un conducteur baisse la vitre et montre son macaron : « On habite dans le centre depuis quarante ans ! » Il passe. « 20 kilomètres heure, hein ! Pas plus ! » lui dit l’agent.

Un agent de la Ville contrôle l’ouverture de la barrière. Il faut un macaron ou un QR Code pour passer.

Un agent de la Ville contrôle l’ouverture de la barrière. Il faut un macaron ou un QR Code pour passer.

FRANCK PERROGON / « SUD OUEST »

Un tricheur

La plupart des véhicules voient la barrière et tournent vers l’avenue du Général-de-Gaulle. Ah, voilà La Poste ! « On ne m’a donné aucun papier », assure le postier. « Pas de souci avec La Poste, passez ! » Une Austin mini s’arrête. Elle, elle n’ira pas sur le boulevard. Et puis voilà une berline immatriculée 60. Il sort une feuille où est imprimé un QR Code distribué par l’hôtel dans lequel les occupants de la voiture séjournent. La barrière s’ouvre.

Des fois, certains arrivent à gruger. Comme cet homme dans sa bagnole bleue immatriculée dans le 44. La barrière est ouverte, un instant d’inattention et hop, le véhicule s’enfile dans le boulevard. Ce sera le seul. Et la police municipale avait été appelée ailleurs quelques minutes.

La police municipale est bien présente pour ce premier jour de piétonnisation du centre-ville d’Arcachon.

La police municipale est bien présente pour ce premier jour de piétonnisation du centre-ville d’Arcachon.

FRANCK PERROGON / « SUD OUEST »

Derrière la barrière, c’est un autre monde. Ce boulevard embouteillé du matin au soir tout l’été respire. « J’aimerais bien voir si les gens marchent sur la route », glisse une salariée de la mairie. Non, personne ne marche sur la route : elle est au soleil et il doit déjà faire au moins 35 degrés.

Ce samedi n’est pas un bon jour pour juger de quoi que ce soit. Il n’y a pas grand monde dans le centre-ville. L’air est si rare et si brûlant. Pourtant, chacun peut déjà apprécier le calme du boulevard, et même entendre le chant des oiseaux. Un jour normal, quand il fait beau, on entend les moteurs, on sent les gaz d’échappement des voitures en file. Plus là.