Arabie saoudite : ville du futur, station de ski, qu’est-ce que Neom, projet à 500 milliards de dollars ?

Une ville du futur démesurée baptisée Neom, contraction du grec neo (nouveau) et de l’arabe mostaqbal (futur), dont l’implantation est prévue à l’extrême Nord-Ouest de cet immense pays, aux frontières avec l’Égypte et la Jordanie, dans une région très peu peuplée, bordée par les eaux de la mer Rouge et du golfe d’Aqaba.

Le projet comprendrait des pistes de ski extérieures

Le projet comprendrait des pistes de ski extérieures

Neom

Une conurbation de 170 km de long, construite sur 26 000 km² (la taille de la Bretagne) le long d’une sorte de « ligne de vie », comprenant industries, agriculture, logements, tertiaires, divertissement et qui regrouperait 1 million d’habitants. Sa construction serait financée par une société d’investissement publique sous le contrôle du prince héritier Mohammed Ben Salmane. Un site internet présente en détail ce qui ressemble à de la science-fiction.

Trojena, Oxagon, The Line : trois secteurs du projet, chacun présenté comme « écologique », « connecté », « expérimental », basés sur l’automatisation et l’intelligence artificielle, avec robots valets et taxis volants. Des promesses destinées à attirer les investisseurs étrangers, objectif affiché d’une royauté saoudienne consciente qu’elle doit diversifier ses revenus et trouver du travail à une jeunesse riche et oisive.

Une ville État cotée en Bourse

Il s’agira d’une sorte de ville État organisée en société privée dans laquelle il sera possible d’acheter des parts en bourse et qui aura son propre conseil d’administration.

Les travaux, qui restent mystérieux, devraient livrer leurs premiers chantiers en 2025, pour une utilisation à plein des différents sites en 2030. Un centre mondial de biotechnologies, de médias et de divertissements, autosuffisant d’un point de vue énergétique et agricole, qui rapporterait à la couronne saoudienne près de 50 milliards de dollars de revenus annuels.

Oxagon serait une île usine octogonale de 7 km de diamètre, flottant pour moitié sur la mer Rouge, dont l’énergie sera renouvelable. Un complexe industriel et portuaire entièrement automatisé, avec plateforme logistique intégrée.

Oxagon, île usine flottante entièrement automatisée et reliée à un flux majeur du commerce maritime mondial

Oxagon, île usine flottante entièrement automatisée et reliée à un flux majeur du commerce maritime mondial

Neom

The Line consistera en une ville de 170 km de long, sans voiture ni carbone, dont voies de communication et transports seront souterrains. La ville sera constituée de blocs et chacun offrira l’ensemble des services et commerces, accessibles en moins de 5 minutes à pied. Un tunnel de 31 km de long est en construction.

Vue transversale de The Line. Des trois projets, c’est celui qui est le moins détaillé

Vue transversale de The Line. Des trois projets, c’est celui qui est le moins détaillé

Neom

The Vault, village vertical du projet d’altitude Trojena

The Vault, village vertical du projet d’altitude Trojena

Neom

Enfin le plus incroyable, Trojena. Un complexe immobilier en altitude (1500-2500 m), destiné à « redéfinir le tourisme de montagne à l’échelle planétaire » selon le prince héritier. Un ensemble combinant lac artificiel, hôtels de grand luxe, centres commerciaux, observatoire, village vertical connecté et pistes de ski avec vue sur la mer Rouge… Dans une région qui ne compte aucune rivière et où les chutes de neige semblent relever de l’accident météorologique. Le tout encore et toujours, « basée sur les principes de l’éco-tourisme ».

Neige ou poussière d’os

Gigantesque, mégalo, utopique, pas du tout écologique… : les critiques fusent. Comment faire un lac à 1 500 m d’altitude dans un pays où 50 % de l’eau vient de polluantes usines de dessalement ? Comment faire tomber de la neige pour skier dans la région ? Comment combiner travaux dignes d’une dynastie de pharaons et respect de l‘environnement. Comment penser que la préservation de la planète reposera uniquement sur la technologie, sans évoquer la baisse des besoins et l’obligation de frugalité ?

Les détracteurs du projet prétendent, avec un humour noir, que la poudre blanche sur laquelle glisseront les skieurs ne sera pas de la neige, mais la poussière d’os des milliers de travailleurs étrangers qui mourront au cours des travaux. Et disent que Neom ne s’adresse qu’aux super riches. Sur les rares images satellites de travaux, seuls un golf, un héliport et des piscines sont pour l’instant sortis de terre, dans une zone par ailleurs totalement désertique, comme l’explique la BBC.

Et pour ce faire, quelque 20 000 membres de la tribu des Howeitat ont été forcés à quitter leur territoire ancestral. Un homme qui refusait de céder son terrain a été tué par les forces de sécurité en 2020.