A l’aube de l’été, la grande désertion des saisonniers du tourisme en Europe

Une annonce pour la recherche de personnel de restauration, devant le Moka Kfé, sur la place Masséna, à Nice, le 31 mai 2022. Une annonce pour la recherche de personnel de restauration, devant le Moka Kfé, sur la place Masséna, à Nice, le 31 mai 2022.

Cet été, vous allez attendre. Attendre votre crêpe. Attendre à l’aéroport. Attendre à l’hôtel. Car les bras ne seront pas assez nombreux pour vous servir, peu importe l’endroit où vous comptez partir : de Colmar à Héraklion, des Pouilles à Perros-Guirec, de Saint-Tropez à Séville et jusqu’en Amérique du Nord, le monde touristique occidental est concerné par la pénurie d’employés du tourisme, en particulier pour les contrats précaires de saisonniers et leurs tâches éreintantes. Ce qui fut absorbable lors des deux derniers étés, en raison de la baisse du nombre de touristes étrangers, devrait l’être plus difficilement cette année : tout indique que les Européens du Nord vont reprendre leur grande migration vers le soleil.

Que trouveront-ils sur les plages du bord de l’Adriatique, où, en Emilie-Romagne, 83 % des professionnels ne trouvent pas de personnel ? Et sur les côtes espagnoles, où manquent 50 000 employés saisonniers ? Aux mêmes causes – connues de longue date –, les mêmes effets, quels que soient l’état du marché du travail ou son mode de régulation : les professionnels de l’hôtellerie-restauration font le constat du déficit d’attractivité de leur secteur, du manque de personnel qualifié et de la difficulté à les loger.

Lire notre décryptage : Article réservé à nos abonnés Logistique, hôtellerie, bâtiment… A travers l’Europe, la grande pénurie de main-d’œuvre

Les trous dans les plannings se traduiront par des fermetures ponctuelles, une demande de polyvalence accrue pour les salariés ou une désorganisation pouvant nuire à la qualité de service, comme c’est déjà le cas dans les aéroports de Paris, de Londres ou d’Amsterdam. Ce dernier cas est symptomatique d’un secteur qui a préféré se séparer d’une partie de sa main-d’œuvre durant la pandémie de Covid-19, malgré les aides mises en place par les gouvernements. Peu d’employeurs s’attendaient à un rebond aussi rapide de l’activité et certains ont, faute de visibilité, préféré faire avec les moyens du bord à l’été 2020, sans réembaucher leurs saisonniers habituels. Le secteur des loisirs a été le dernier à recruter après la crise, dans un contexte général de manque de main-d’œuvre.

« Nous ne pouvons pas payer mieux »

Durant les périodes de fermeture des cafés et lieux touristiques, les salariés de l’hôtellerie-restauration se sont tournés vers d’autres secteurs en tension et « ont trouvé que c’était plus sympathique ailleurs, mieux payé et moins contraignant », souligne Pascal Pedrak, secrétaire général de la CFDT Ile-de-France, chargé de l’hôtellerie, du tourisme et de la restauration. En France, la hausse des salaires du secteur, entrée en vigueur le 1er avril, a vite été rattrapée par celle du smic, due à l’inflation. Cette même inflation qui, parallèlement au remboursement des prêts garantis par l’Etat, limite les marges de manœuvre des restaurateurs, touchés par la hausse des prix des matières premières.

Il vous reste 70.4% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.