1er mai en Dordogne : près de 1 000 manifestants pour « plus de progrès social »

Une semaine après la réélection d’Emmanuel Macron et à un mois et demi des élections législatives, l’heure était à l’union et à la mobilisation des forces de gauche pour défendre, entre autres, l’augmentation des salaires et s’opposer à la réforme de la retraite à 65 ans envisagée par le président de la République.

Dans le cortège, on pouvait trouver la Confédération générale du travail (CGT), Force ouvrière (FO), l’Union nationale des syndicats autonomes (Unsa), la Fédération syndicale unitaire (FSU) ou la Confédération nationale du travail (CNT). Du côté des partis politiques, on a pu apercevoir des drapeaux, des militants et des élus de La France insoumise (LFI), du Parti socialiste (PS), du Parti communiste (PC), ou d’Europe Écologie-Les Verts (EELV)…

Présents dans le même cortège, les candidats PS, PC, EELV et LFI aux législatives sur la circonscription de Périgueux-vallée de l’Isle seront peut-être amenés à mettre en œuvre, sur le terrain et par des désistements, les accords nationaux en cours de discussion entre les partis de gauche.

« La Macronie »

« Il ne faut pas que la pression retombe », réclamait ce militant de la CGT qui défilait dans les rues de Bergerac, parmi 220 personnes. « Macron a gagné la présidentielle mais la gauche peut sortir vainqueur des législatives », espérait-il, craignant que l’on se dirige vers « une casse sociale sans précédent si la Macronie passe ».

Catherine Bernard, responsable du groupe local d’Europe Écologie-Les Verts, avec Julien Chouet, premier secrétaire du Parti communiste de la Dordogne.

Catherine Bernard, responsable du groupe local d’Europe Écologie-Les Verts, avec Julien Chouet, premier secrétaire du Parti communiste de la Dordogne.

Grégoire Morizet